Recherche

 

La guérison d’une plaie représente l’ensemble des processus de réparation et de régénération qui mènent à sa fermeture et à sa récupération fonctionnelle. La réparation est un processus destiné à rétablir la continuité des tissus interrompus par un tissu cicatriciel indifférencié. La régénération, quant à elle, permet le remplacement des tissus endommagés par des cellules du type qui ont été perdues. Ce mode de guérison, supérieur, assure la récupération des fonctions originales du tissu mais n’est possible que dans ceux dont les cellules ont une importante capacité mitotique.

La guérison de plaie chez le cheval / La fibrose et la cicatrisation

 

La réaction du cheval vis-à-vis du danger est de soit combattre ou fuir, cet instinct le rendant susceptible à d’importants traumatismes. Alors que les plaies à la tête et au tronc, aussi graves soient elles, guérissent habituellement sans complications, le cheval souffre d’une grande difficulté à réparer les plaies aux extrémités. Il en résulte des plaies chroniques, semblables aux ulcères veineux de l’Homme ou, inversement, le développement d’un tissu de granulation exubérant (TGE) qui rappelle la chéloïde de l’Homme.

 

Lire la suite : La guérison de plaie chez le cheval / La fibrose et la cicatrisation

Nouveaux traitements

 

Les plaies cutanées ont un impact financier majeur sur l’industrie équine. Le cheval est sujet aux traumatismes en raison de son instinct de fuite. De plus, le processus de guérison cutanée est fréquemment entravé par des complications entraînant une cicatrisation excessive nuisible à l’esthétique et à la fonction. Une vaste étude menée aux États-Unis par le National Animal Health Monitoring System a démontré que les blessures sont l’affection la plus commune chez les chevaux âgés de plus de 6 mois: 4,7% des chevaux répertoriés présentent une blessure. En comparaison, 2,8% sont atteints de boiterie, 1,9% de coliques et 1,9% d’un trouble respiratoire. Chez les chevaux de moins de 6 mois, 24% des euthanasies ont été pratiquées en raison d’une blessure, alors que chez ceux de plus de 6 mois, ce chiffre est de 16%.

 

Lire la suite : Nouveaux traitements

Le cheval, un modèle de fibroplasie excessive

 

L’étude de la cicatrisation chez l’Homme présente des limites éthiques, surtout chez les personnes souffrant de guérison défectueuse. Les connaissances actuelles des mécanismes de cicatrisation et de fibrose ont en grande partie été dérivées d’études sur des modèles animaux. Le modèle murin est souvent utilisé en raison du grand nombre de souris génétiquement modifiées qui pourraient répondre à différentes hypothèses.

 

Lire la suite : Le cheval, un modèle de fibroplasie excessive

Régénération / Génie tissulaire

 

Le génie tissulaire, qui intègre les disciplines des sciences matérielles, de la biologie de régénération et des avancées en protéomique et en génomique, vise à générer des nouveaux matériaux pour remplacer les organes ou les tissus malades ou détruits. Dans le cas de la peau, le but ultime est de créer un substitut qui simule sa régénération complète, incluant toutes ses couches et annexes ainsi qu’un réseau vasculaire et nerveux fonctionnel, s’intégrant aux tissus environnants sans cicatrisation.

 

Lire la suite : Régénération / Génie tissulaire